La liberté



Hier avec un ami, nous parlions de ma liberté.

Celle que j'ai "acquise" en vivant en harmonie avec la nature.

Celle qui génére que je suis pleine de moi-même, car cette osmose naturelle me remplis du vivant. Comme en me remplissant du vivant je me remplis de mon être.

Alors je peux aller et venir, suivre le flux de la vie, donner et recevoir. Je m'habite. Les arbres m'habitent, j'habite les arbres, les oiseaux, les rivières, les monts, les vallées, les plaines, les racines... J'AI LA FOI.


Quand je perds ma liberté, c'est quand je perds la foi, ou quand je perds la foi je perds ma liberté.


Alors je me retire de moi-même, je me retire de la nature. Je n'entends plus le chant des oiseaux. Le chant de la vie qui vibre dans la manne, qui est la mélodie de l'amour dans mes cellules.

Tous les sons, les paroles, les mouvements sont déformés, inaudibles, muets, paralysés. Les sens se restreignent, se meurent.

Et le doute s'installe.

Quand je perds la foi, le doute prend toute la place. Avec le doute, le conflit, la résistance, la peur, la vulnérabilité, le pouvoir, la servitude.


Le flux de la vie est interrompu. Entassement d'émotions, d'énergies. Les nutriments de la vie ne sont plus nourriture. Ils quittent, fuient le corps et l'âme qui deviennent affamés.

Notre terre se stérilise.


Alors il y a emprise mentale. L'emprise du pouvoir de servitude. Ce doute est devenu l'aimé.


C'est le point de référence de la vieille matrice où s'engorgent toutes les souffrances, toutes les autorités extérieures de l'inconscient et du conscient du collectif humain.

L'humanité a perdu la foi en cette vie merveilleuse, mystérieuse, inaltérable. Il y a absence de Soi où s'est engouffré le chao.

Notre humanité est dysfonctionnante, pervertie, à l'envers, séparée. Elle a confondue l'aimé, la sécurité, la joie, l'amour. Cette confusion l'a enfermé.


Quel drôle de jeu dans lequel nous sommes !!!


Quand nous pouvons dire "Revenons à l'essentiel" n'est-ce pas de la foi dont nous souhaitons parler. Notre foi que nous appelons.

Pas une foi érigée sur l'autorité d'une religion évidemment !!!

La foi qui réajuste notre conscience, notre corps, notre rythme primaire au souffle de la vie.


Respirons en conscience. Respirons la vie, respirons nous !!!

À partir de cet essentiel créons le renouveau dont nous avons tous profondément besoin. Qui est vital individuellement, dans chaque foyer, dans notre collectif humain et pour notre planète et tous ses règnes.


Que notre point de repère redevienne le Présent. Cet instant de manifestation de notre monde intérieur-extérieur.


Ceci est l'enseignement que m'offre la vie et que je transmets depuis de nombreuses années par mes soins, mes séjours nature dans la yourte, mes séjours au Pérou dans la Selva, mes chants, mes écrits, ma présence.


Si votre cœur vous le dit, Merci de participer à mon ouvrage, à notre ouvrage commun en faisant suivre cette lettre, mes chants et autres.

Aussi de vous abonner à ce blog.


Cela est important aujourd'hui que je reprenne place auprès de vous. Il est venu le temps que je sorte de mon "ermitage". J'ai besoin de vous. Nous avons besoin des uns des autres. Ensemble nous sommes complémentaires et rayonnants.

Nous sommes tous reliés.


JE VOUS REMERCIE

DE TOUT MON CŒUR



Voilà pour aujourd'hui.

Je vous embrasse. Présence

Lucille, le 5 octobre 2021

(photo prise au Pérou, dans la maloca de Nova Terra, en février 2020)



Cela

64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout